Élysée Services
81 Avenue des Pyrénées
31600 MURET
Tél. 05 34 63 78 50
Fax : 05 61 41 24 29
cabinet@sodevex.fr






    EN SAVOIR PLUS >  FICHES-EXPERT

  Les sociétés coopératives ouvrières de production (Scop)

Une société coopérative ouvrière de production, plus communément appelée société coopérative de production ou Scop, est une société industrielle ou commerciale constituée sous la forme d’une société à responsabilité limitée (SARL) ou d’une société anonyme (SA), dans laquelle les associés majoritaires sont des salariés (les « coopérateurs »). Elle peut œuvrer dans tous les secteurs d’activité : commerce, industrie, artisanat, services et même certaines professions libérales réglementées.

haut de page

À noter : les Scop se distinguent des autres formes de sociétés coopératives (sociétés coopératives agricoles, artisanales, etc.) notamment par le fait qu’elles sont constituées de salariés qui décident de s’investir totalement dans la gestion de leur entreprise en en devenant associés, et non d’entrepreneurs individuels qui se regroupent au sein d’une structure tout en conservant leur autonomie et leur clientèle, afin, par exemple, de réduire le prix de revient ou le prix de vente de certains produits ou services.

haut de page

Plusieurs raisons peuvent motiver le recours à ce type très particulier et souvent méconnu de société. Il peut s’agir en premier lieu de salariés d’une société en redressement judiciaire qui se mobilisent afin de reprendre leur société et de sauvegarder ainsi leur emploi. Autre hypothèse de création d’une Scop : l’entrepreneur qui souhaite céder son entreprise et qui, en mal de repreneur, s’accorde au final avec ses salariés pour la reprise de son activité. Enfin, cette forme d’entreprise peut séduire des porteurs de projet qui désirent « entreprendre autrement » : elle permet en effet de développer un outil de travail collectif dont la maîtrise appartient à ceux qui travaillent dans l’entreprise. L’investissement personnel et l’autonomie y sont donc très importants.

haut de page

À noter : la Scop peut employer des personnes n’ayant pas la qualité d’associé. Sachant néanmoins que tout salarié d’une Scop a vocation à en devenir associé, s’il le souhaite, dans des conditions définies par les statuts de la société.

haut de page

En pratique, la Scop obéit à deux types de réglementation : étant une société commerciale (SARL ou SA) à capital variable, elle relève de ce fait du droit des sociétés. Mais sa forme coopérative induit des spécificités par rapport aux autres sociétés commerciales. Voici les principales d’entre elles.

haut de page

Les associés

Une Scop doit être constituée par au moins 2 salariés associés et disposer d’un capital minimal de 30 € si elle prend la forme d’une SARL, et être composée d’au moins 7 salariés associés et disposer d’un capital minimal de 18 500 € lorsqu’elle prend la forme d’une SA (soit la moitié du capital social requis pour la constitution d’une SA classique).

Les associés salariés doivent détenir la majorité du capital social. La Scop peut donc accueillir des personnes extérieures à l’entreprise, mais dans certaines limites. Les associés non salariés ne peuvent en effet détenir au maximum que 49 % du capital social et 35 % des droits de vote (voire 49 % si l’un des associés extérieurs est lui-même une société coopérative).
Grande particularité de la Scop : en tant qu’associés majoritaires de la société, les salariés (associés) désignent leurs dirigeants (gérant, président, administrateurs, etc.) et décident ensemble des choix stratégiques de leur entreprise selon le principe « un associé = une voix ».

haut de page

À noter : les statuts peuvent prévoir que les associés "non coopérateurs" votent à proportion de la part de capital qu'ils détiennent dans le capital (sans excéder 35 % du total des droits de vote).

haut de page

Répartition du résultat

En fin d’exercice, la Scop est susceptible de réaliser un excédent net de gestion (et non un « bénéfice » qui est le propre des sociétés de type capitaliste), qui est généralement réparti en trois postes :
- une part reste à la société sous forme de réserves (une fraction minimale de 15 % étant affectée à la réserve légale ; une autre à la réserve statutaire dite « fonds de développement ») ;
- une part (25 % minimum) est attribuée aux salariés, associés ou non, sous forme de participation ou de complément de salaire ;
- et une part (obligatoirement inférieure aux parts affectées aux salariés et aux réserves) peut être versée aux associés sous forme de dividendes si les statuts le prévoient.

haut de page

Régime fiscal

Concernant son régime fiscal, la Scop est soumise aux mêmes impôts que les sociétés de droit commun et doit ainsi acquitter la TVA et l'impôt sur les sociétés (IS). Toutefois, il existe trois particularités.
D’une part, la fraction des bénéfices de la Scop versée aux salariés au titre de la participation (qui est beaucoup plus importante que dans les autres sociétés) est déductible de son résultat.
D’autre part, les sommes affectées à la réserve légale et au fonds de développement peuvent également être déduites du résultat de la Scop, à condition notamment que celle-ci les emploie, dans un délai de 4 ans, à l’acquisition ou à la création d’immobilisations. Elles tiennent lieu, dans ce cas, de provision pour investissement.

Par ailleurs, les Scop sont exonérées de la cotisation foncière des entreprises. Étant précisé que pour bénéficier de cette exonération, elles doivent respecter les principes propres à la Scop : salariés associés majoritaires, démocratie des décisions, constitution d'un patrimoine commun au profit des générations futures de salariés (réserves impartageables, c’est-à-dire ne pouvant être incorporées dans le capital ni être distribuées aux associés).

Enfin, pour pouvoir se prévaloir du statut de Scop et bénéficier des particularités fiscales qui en découlent, la société doit répondre de son fonctionnement coopératif et être inscrite sur une liste établie par le ministère du Travail. La loi impose également une expertise réalisée périodiquement pour s’assurer du bon fonctionnement de la Scop. Cette expertise, la « révision coopérative », permet aux dirigeants de bénéficier d’un conseil extérieur et de valider des choix stratégiques sur des points sensibles.

haut de page

Capital social

Pour une Scop de type SARL, le capital social doit être intégralement libéré lors de la constitution de la société. Il doit être composé d'au moins deux parts d'une valeur unitaire minimale de 15 € et maximale de 75 €.
Pour une Scop de type SA, il ne peut être inférieur à 18 500 €. Les apports en numéraire doivent être libérés d'au moins un quart de leur montant au moment de la constitution de la société. Le solde devant impérativement être libéré dans un délai maximal de 3 ans à compter de leur souscription.

Par ailleurs, le capital d’une Scop est variable. Il peut augmenter ou diminuer, sans aucune formalité d'enregistrement, de trois manières :
- par des apports en capitaux de nouveaux associés salariés ou, à l'inverse, par le remboursement de la part du capital des associés se retirant de la société ;
- par des prélèvements sur salaire (de 1 à 5 %) volontairement consentis par les associés salariés afin d'augmenter le capital social ;
- par la transformation en capital social de la part des bénéfices annuels reçus par les associés salariés, au titre de la participation ou des dividendes.

haut de page

Lien entre le contrat de travail et la qualité d’associé

Lorsqu’un salarié est également associé d’une Scop, deux statuts se trouvent ainsi imbriqués et interagissent l’un avec l’autre. Ainsi, sauf stipulations contraires des statuts, la démission ou le licenciement d’un salarié, qui repose sur une cause réelle et sérieuse, entraînent la perte de la qualité d'associé. Ce qui n’est pas le cas de la mise à la retraite, du licenciement pour motif économique ou de l’invalidité rendant l’intéressé inapte au travail. À l’inverse, la renonciation volontaire à la qualité d'associé entraîne, quant à elle, la rupture du contrat de travail.

haut de page

Statut des dirigeants

Si la Scop est une SARL, les associés doivent élire un gérant pour une durée maximale de 4 ans. Si la Scop compte plus de 20 associés, ils doivent lui adjoindre un conseil de surveillance constitué de 3 à 9 membres qui sont désignés pour une durée fixée par les statuts mais qui ne peut excéder 4 ans.
Si la Scop est exploitée sous forme de SA, le président est élu par le conseil d’administration (lui-même désigné par les associés) pour une durée de 6 ans.
Lorsqu’ils perçoivent une rémunération au titre de leurs fonctions, les gérants, les directeurs généraux, les présidents du conseil d’administration et les membres du directoire sont assimilés à des salariés (s’ils ne le sont pas déjà à un autre titre) et peuvent bénéficier de l’assurance chômage.

haut de page

À noter : la démission, le non-renouvellement des fonctions ou la révocation du gérant, d’un membre du conseil d'administration, du directeur général, d’un membre du directoire ou du conseil de surveillance de la société n'ont pas pour effet de porter atteinte au contrat de travail éventuellement conclu par l’intéressé avec la société.

haut de page

Nomination de commissaires aux comptes

À l’instar des SA classiques, les Scop constituées sous forme de SA doivent désigner un ou plusieurs commissaires aux comptes.
Et comme les SARL classiques, les Scop constituées sous forme de SARL doivent désigner un ou plusieurs commissaires aux comptes si elles dépassent deux des trois seuils fixés par décret (1,5 million d’euros de total de bilan, 3 millions d’euros de chiffre d’affaires HT et 50 salariés). Elles y sont également astreintes si elles émettent des parts sociales réservées aux salariés, font appel à des associés extérieurs, ou mettent en œuvre des mesures de réévaluation des parts sociales.
Lorsqu’elles ne désignent pas de commissaires aux comptes, les Scop doivent se soumettre annuellement à une révision coopérative (au lieu d’une révision tous les 5 ans).

haut de page

Les Scop en quelques chiffres

Selon le bilan dressé par la Confédération générale des Scop (consultable sur le site internet www.scop.coop), on comptait 1 925 Scop (adhérant à la Confédération) en 2009, employant 40 424 salariés (hors filiales).
Ces sociétés ont réalisé cette même année :
- 3,9 milliards d’euros de chiffre d'affaires ;
- 1,8 milliard d’euros de valeur ajoutée ;
- 158 millions d’euros de résultat net.
La taille moyenne d’une Scop était alors de 21 personnes.

Fin 2009, les 1 925 Scop étaient surtout présentes dans les services (863 Scop, 15 081 emplois), dans le secteur du BTP (437 Scop, 11 586 emplois) et dans l’industrie (367 entreprises, 9 509 emplois).

haut de page

Article du 31/01/2011 - © Copyright SID Presse - 2011




En savoir plus...

Report en arrière des déficits : notion de bénéfice d’imputation
10/05/2011
Le nouveau mode de calcul de la réduction Fillon
10/05/2011
L’augmentation des engagements des associés
10/05/2011
Trouvez de nouveaux clients grâce aux places de marché
10/05/2011
Le régime matrimonial de la participation aux acquêts
06/05/2011
Les fonds socialement responsables
09/02/2011
Le Mandat de protection future
09/02/2011
Utiliser les comparateurs pour faire connaître ses produits sur Internet
07/02/2011
Méfiez-vous des « renifleurs » !
07/02/2011
Fixation du loyer du bail commercial renouvelé
07/02/2011
Révision du loyer du bail commercial en cours
07/02/2011
Perte de la moitié du capital social
31/01/2011
Les sociétés coopératives ouvrières de production (Scop)
31/01/2011
La contre-visite médicale diligentée par un employeur
31/01/2011
Location de locaux professionnels et option à la TVA
31/01/2011
Investir dans les trackers
18/11/2010
Faut-il passer à la téléphonie sur IP ?
17/11/2010
La clause de réserve de propriété
17/11/2010
Précisions sur les modalités du droit individuel à la formation
17/11/2010
La déclaration européenne des services
17/11/2010
La taxe sur les véhicules de sociétés
15/11/2010
Le remboursement de la TVA payée au sein de l’Union européenne
10/11/2010
Le régime juridique de l'entrepreneur individuel à responsabilité limitée
12/10/2010
L’imposition de l’entrepreneur individuel à responsabilité limitée
12/10/2010
Recrutement d'un salarié : les règles juridiques à respecter
12/10/2010
Twitter : un outil pour l’entreprise ?
07/09/2010
Le reclassement à l’étranger d’un salarié licencié pour motif économique
07/09/2010
Apport en société d’une entreprise individuelle
07/09/2010
Ordres de Bourse : mode d’emploi
13/07/2010
Un iPad ? Pour quoi faire ?
13/07/2010
Le sort du bail commercial en cas de procédure collective du locataire
13/07/2010
La situation du salarié victime d’une inaptitude d’origine professionnelle
13/07/2010
Exonération des intérêts de retard : la technique de la mention expresse
12/07/2010
Contrats d’assurance-vie et ISF
22/06/2010
Maîtriser Windows 7
22/06/2010
La société en participation
21/06/2010
Portée d’une transaction
21/06/2010
Les modalités de décompte des effectifs d’une entreprise
18/06/2010
Exonération des cessions d’entreprise en fonction de leur valeur
18/06/2010
La réforme de la TVA immobilière
18/06/2010
Les rendements 2009 des contrats d'assurance-vie en euros
12/05/2010
Le point sur le « Cloud computing »
12/05/2010
Comment organiser la prise des congés payés d'été
12/05/2010
Quand y a-t-il harcèlement moral ?
12/05/2010
La clause de non-concurrence en droit commercial
12/05/2010
La déductibilité des frais d'acquisition de titres de sociétés soumises à l'IS
12/05/2010
Acheter des « mots-clés » pour booster son site internet
14/04/2010
La sous-location de locaux commerciaux
14/04/2010
Le rescrit social
14/04/2010
Réduction de capital et droits d'enregistrement
14/04/2010
Réduction d'impôt « Madelin »
14/04/2010
Comment référencer un site dans un moteur de recherche
28/01/2010
Déposer un nom de domaine
28/01/2010
Les avantages fiscaux de la holding de reprise
28/01/2010
La délégation de pouvoirs dans les sociétés
28/01/2010
La nouvelle procédure d'instruction des accidents du travail
28/01/2010
La publicité des comptes des associations et des fondations
21/01/2010
Mieux utiliser sa boîte aux lettres électronique
21/01/2010
La convention d'occupation précaire
08/01/2010
Combattre le stress au travail
07/01/2010
Le régime fiscal de la location en meublé
07/01/2010
Le nouveau statut de loueur en meublé professionnel
07/01/2010
Les fonds de dotation
05/01/2010
Le taux de participation à la formation continue
05/01/2010
Les nouvelles modalités du cumul emploi-retraite
21/07/2009
Maintien de la prévoyance d'entreprise au profit des ex-salariés
21/07/2009
Redressement fiscal et sursis de paiement
21/07/2009
Option des sociétés de capitaux à l'IR
21/07/2009
Pénalités de retard pour non-paiement d'une facture
21/07/2009
Mise en réserve des bénéfices d'une société par l'usufruitier
21/07/2009
Gérer une flotte de portables
21/07/2009
Report des congés payés d'un salarié malade
11/06/2009
Vérification de comptabilité et contrôle inopiné
11/06/2009
Linux : comment donner une nouvelle vie à un PC
12/05/2009
Information sur la santé et la sécurité au travail
07/04/2009
L'option pour le remboursement mensuel de la TVA
07/04/2009
L'assurance-vie, instrument de financement
07/04/2009
Soldes, liquidations, ventes au déballage : les nouvelles règles du jeu
07/04/2009
Le point sur les NetTops
07/04/2009
Réforme du droit des entreprises en difficulté
10/03/2009
Délais de paiement : la nouvelle règle du jeu
10/03/2009
La souscription au capital de SOFICA
10/03/2009
Compte et dépôt à terme
05/02/2009
Le point sur le SPAM
05/02/2009
Entreprises nouvelles et zones d'activité
12/01/2009
L'épargne solidaire
12/01/2009
Le point sur les virus informatiques
12/01/2009
L'obligation d'information des salariés sur les contrats d'assurance de groupe
11/12/2008
Déplafonnement du loyer du bail renouvelé
11/12/2008
Investissements locatifs dans le tourisme
11/12/2008
Les assistants électroniques anti-radars
11/12/2008
Quand la bureautique devient « écolo »
17/11/2008
Le droit de rétractation de l'acquéreur d'un bien immobilier
07/10/2008
Comment déterminer la convention collective de branche applicable à l'entreprise ?
04/09/2008
Cession d'actions : le délai pour procéder au rachat après un refus d'agrément
04/09/2008
Trouver un fichier en toute simplicité sur son PC
04/09/2008
Caution du dirigeant : les risques fiscaux
10/07/2008
Assurance-vie : une épargne toujours disponible ?
10/07/2008
Comment bien réagir face au fisc ?
12/06/2008
Gare à la durée du cautionnement souscrit par un dirigeant au profit de sa société
19/05/2008
Comment bien utiliser Google
19/05/2008




© 2009-2018 - Les Echos Publishing - mentions légales