Élysée Services
81 Avenue des Pyrénées
31600 MURET
Tél. 05 34 63 78 50
Fax : 05 61 41 24 29
cabinet@sodevex.fr






    EN SAVOIR PLUS >  FICHES-EXPERT

  Mise en réserve des bénéfices d'une société par l'usufruitier
Cassation commerciale, 10 février 2009, n° 07-21806 et 07-21807

Pour faciliter et anticiper la transmission d'un patrimoine familial, notamment immobilier, ou plus généralement pour gérer ce patrimoine, parents et enfants sont souvent amenés à constituer ensemble une société civile immobilière (SCI).

Et pour réduire le coût fiscal de cette transmission, nous avons peut-être conseillé aux parents de donner à leurs enfants la nue-propriété des parts sociales de la SCI qu'ils détiennent.

Précision le démembrement de propriété est une technique courante, permettant de transmettre la nue-propriété d'un bien tout en se réservant l'usufruit, qui comporte des avantages indéniables : elle permet de préparer la succession d'un client tout en lui accordant la possibilité de conserver le droit d'usage et donc les revenus tirés du bien transmis.

Lorsque l'usufruitier des parts sociales n'a pas immédiatement besoin de revenus complémentaires, il est alors fréquent de mettre en réserve les revenus générés par la SCI au lieu de procéder à une distribution des bénéfices.

Cette décision de gestion a pour conséquence d'augmenter la valeur de la société, puisque les sommes mises en réserve ont pour effet d'accroître la valeur de l'actif social.

Rappel lorsqu'une société dégage un bénéfice, elle doit procéder à l'affectation de ce bénéfice. L'assemblée générale ordinaire (composée des associés ou des actionnaires) peut alors décider de les mettre en réserve, ou encore de les distribuer. Lorsque les titres de la société sont démembrés, c'est l'usufruitier qui prend part à cette décision de l'assemblée générale. Les réserves sont en effet des sommes prélevées sur les bénéfices et affectées durablement à l'entreprise. Elles augmentent les capitaux propres et permettent d'accroître la garantie des créanciers, d'augmenter la capacité d'autofinancement de la société, mais également de faire face à des pertes éventuelles.

Puis, au décès de l'usufruitier, l'usufruit s'éteint pour rejoindre la nue-propriété. Et cette reconstitution de la pleine propriété intervient sans imposition supplémentaire.

Dans une récente affaire, une mère adoptant ce type de montage avait constitué une société civile avec ses trois enfants qui détenaient chacun une part sociale, les autres parts étant détenues par la mère. Quelques mois plus tard, l'associé majoritaire de la SCI avait fait donation à ses enfants de la totalité de la nue-propriété de ses parts.

Chaque année, l'assemblée générale ordinaire décidait de mettre en réserve les bénéfices de la société.

L'administration fiscale a notifié aux nus-propriétaires une proposition de rectification, soumettant les sommes mises en réserve aux droits de donation. L'administration a en effet considéré que ces décisions répétées de mise en réserve des bénéfices constituaient une donation indirecte, soumise aux droits de mutation à titre gratuit, de l'usufruitière aux nus-propriétaires. Selon elle, cette politique constante d'inscription en réserve des bénéfices constituait une renonciation définitive et irrévocable à leur perception par la mère (usufruitière de la quasi-totalité des parts, elle est donc à l'origine du non-versement de dividendes), destinée à accroître le capital de la SCI dans l'intérêt des enfants nus-propriétaires.

L'administration a donc présumé que l'usufruitier ne percevait pas les bénéfices, mis en réserve, dans le seul objectif de transmettre des parts d'une société valorisée grâce aux renforcements des fonds propres de la société en franchise de droits. Selon elle, les bénéfices mis en réserve reviennent donc obligatoirement aux nus-propriétaires.

Autrement dit, elle affirmait que cette affectation systématique des bénéfices d'une société à un compte de réserve devait être requalifiée en donation indirecte.

Une affirmation que les magistrats de la Cour de cassation viennent d'invalider. Selon eux, l'usufruitier de la quasi-totalité des parts sociales d'une SCI, en votant, même de façon récurrente, la mise en réserve des bénéfices, ne consent pas une donation indirecte au profit du nu-propriétaire.

Commentaire cette solution de principe rendue par la Cour de cassation à propos d'une société civile ayant opté pour l'impôt sur les sociétés est d'autant plus intéressante que rien ne s'oppose à ce qu'elle soit transposée à toutes les formes de sociétés, civiles ou commerciales, soumises ou non à l'impôt sur les sociétés.

Pour rejeter la qualification de donation indirecte, la Cour de cassation n'a pas suivi l'analyse des juges du fond. Le principe qu'elle pose est très clair : la mise en réserve des bénéfices décidée par l'assemblée générale d'une société ne peut en aucun cas être requalifiée en donation indirecte.

Pour motiver sa décision, la cour s'appuie sur la règle selon laquelle le droit aux dividendes des associés suppose une décision collective expresse, généralement prise à l'occasion de l'approbation annuelle des comptes, de distribution de tout ou partie des bénéfices. Autrement dit, le droit au bénéfice de l'usufruitier (ou de tout autre associé plein propriétaire) n'existe qu'après la décision de l'assemblée générale d'attribuer des dividendes (bénéfices distribués).

Ainsi, l'usufruitier n'a aucun droit sur les bénéfices de la société avant leur distribution sous forme de dividendes, et ne peut donc pas renoncer au bénéfice social, puisqu'il ne lui appartient pas : ce dernier figure dans le patrimoine de la société. Par conséquent, en participant à la décision de mise en réserve des bénéfices, il ne consent aucune donation aux nus-propriétaires.

Ainsi, la Cour de cassation réaffirme la définition qu'elle donne aux dividendes. Une définition devenue constante au fil des années : « Les dividendes n'ont pas d'existence juridique avant l'approbation des comptes de l'exercice par l'assemblée générale, la constatation par celle-ci de l'existence de sommes distribuables, et la détermination de la part qui est attribuée à chaque associé. »

Ainsi, les dividendes naissent à la suite de l'assemblée générale qui approuve les comptes, constate l'existence de sommes distribuables et détermine les parts attribuées aux associés.

Cette décision de la Cour de cassation ne permet toutefois pas de trancher la question relative à l'attribution des réserves en cas de démembrement des parts sociales, à savoir qui du nu-propriétaire ou de l'usufruitier a droit aux distributions de bénéfices mis en réserve. C'est pourquoi, il est fortement conseillé de régler le sort de la distribution des réserves dans les statuts.

Conseil :

Constituer une SCI puis donner la nue-propriété des parts à ses enfants permet notamment de réduire les droits de mutation à payer à l'occasion de cette donation aux enfants des parts de la société, et par la suite de ne pas supporter de tels droits au décès des usufruitiers (les parents). Finalement, les enfants héritent du patrimoine immobilier à un coût fiscal réduit.

Afin de parfaire la transmission initiée lors de cette donation, les parents peuvent désormais sans risque faire profiter leurs enfants d'un accroissement de la valeur de l'actif social en franchise de droits de mutation grâce à une mise en réserve des bénéfices de la SCI.

Attention toutefois à bien avertir nos clients de la nécessité de tenir une comptabilité, alors même que la SCI n'y serait pas tenue, afin notamment de sécuriser ces opérations vis-à-vis de l'administration fiscale. En effet, seule la tenue d'une comptabilité permet de matérialiser la décision de mise en réserve des bénéfices prise par l'assemblée générale des associés, sans oublier bien-sûr le secrétariat juridique de la SCI.

Il est également utile de leur préciser que grâce à la tenue d'une comptabilité, les flux financiers entre la SCI et les associés peuvent être caractérisés (apports en capital, distributions de dividendes, dépôts et prélèvements affectant les comptes courants d'associés) et leur historique reconstitué. Ainsi, la tenue d'une comptabilité réduit significativement le risque de contentieux quant à l'existence juridique et au traitement fiscal de ces flux financiers.

haut de page

Article du 21/07/2009 - © Copyright SID Presse - 2009




En savoir plus...

Report en arrière des déficits : notion de bénéfice d’imputation
10/05/2011
Le nouveau mode de calcul de la réduction Fillon
10/05/2011
L’augmentation des engagements des associés
10/05/2011
Trouvez de nouveaux clients grâce aux places de marché
10/05/2011
Le régime matrimonial de la participation aux acquêts
06/05/2011
Les fonds socialement responsables
09/02/2011
Le Mandat de protection future
09/02/2011
Utiliser les comparateurs pour faire connaître ses produits sur Internet
07/02/2011
Méfiez-vous des « renifleurs » !
07/02/2011
Fixation du loyer du bail commercial renouvelé
07/02/2011
Révision du loyer du bail commercial en cours
07/02/2011
Perte de la moitié du capital social
31/01/2011
Les sociétés coopératives ouvrières de production (Scop)
31/01/2011
La contre-visite médicale diligentée par un employeur
31/01/2011
Location de locaux professionnels et option à la TVA
31/01/2011
Investir dans les trackers
18/11/2010
Faut-il passer à la téléphonie sur IP ?
17/11/2010
La clause de réserve de propriété
17/11/2010
Précisions sur les modalités du droit individuel à la formation
17/11/2010
La déclaration européenne des services
17/11/2010
La taxe sur les véhicules de sociétés
15/11/2010
Le remboursement de la TVA payée au sein de l’Union européenne
10/11/2010
Le régime juridique de l'entrepreneur individuel à responsabilité limitée
12/10/2010
L’imposition de l’entrepreneur individuel à responsabilité limitée
12/10/2010
Recrutement d'un salarié : les règles juridiques à respecter
12/10/2010
Twitter : un outil pour l’entreprise ?
07/09/2010
Le reclassement à l’étranger d’un salarié licencié pour motif économique
07/09/2010
Apport en société d’une entreprise individuelle
07/09/2010
Ordres de Bourse : mode d’emploi
13/07/2010
Un iPad ? Pour quoi faire ?
13/07/2010
Le sort du bail commercial en cas de procédure collective du locataire
13/07/2010
La situation du salarié victime d’une inaptitude d’origine professionnelle
13/07/2010
Exonération des intérêts de retard : la technique de la mention expresse
12/07/2010
Contrats d’assurance-vie et ISF
22/06/2010
Maîtriser Windows 7
22/06/2010
La société en participation
21/06/2010
Portée d’une transaction
21/06/2010
Les modalités de décompte des effectifs d’une entreprise
18/06/2010
Exonération des cessions d’entreprise en fonction de leur valeur
18/06/2010
La réforme de la TVA immobilière
18/06/2010
Les rendements 2009 des contrats d'assurance-vie en euros
12/05/2010
Le point sur le « Cloud computing »
12/05/2010
Comment organiser la prise des congés payés d'été
12/05/2010
Quand y a-t-il harcèlement moral ?
12/05/2010
La clause de non-concurrence en droit commercial
12/05/2010
La déductibilité des frais d'acquisition de titres de sociétés soumises à l'IS
12/05/2010
Acheter des « mots-clés » pour booster son site internet
14/04/2010
La sous-location de locaux commerciaux
14/04/2010
Le rescrit social
14/04/2010
Réduction de capital et droits d'enregistrement
14/04/2010
Réduction d'impôt « Madelin »
14/04/2010
Comment référencer un site dans un moteur de recherche
28/01/2010
Déposer un nom de domaine
28/01/2010
Les avantages fiscaux de la holding de reprise
28/01/2010
La délégation de pouvoirs dans les sociétés
28/01/2010
La nouvelle procédure d'instruction des accidents du travail
28/01/2010
La publicité des comptes des associations et des fondations
21/01/2010
Mieux utiliser sa boîte aux lettres électronique
21/01/2010
La convention d'occupation précaire
08/01/2010
Combattre le stress au travail
07/01/2010
Le régime fiscal de la location en meublé
07/01/2010
Le nouveau statut de loueur en meublé professionnel
07/01/2010
Les fonds de dotation
05/01/2010
Le taux de participation à la formation continue
05/01/2010
Les nouvelles modalités du cumul emploi-retraite
21/07/2009
Maintien de la prévoyance d'entreprise au profit des ex-salariés
21/07/2009
Redressement fiscal et sursis de paiement
21/07/2009
Option des sociétés de capitaux à l'IR
21/07/2009
Pénalités de retard pour non-paiement d'une facture
21/07/2009
Mise en réserve des bénéfices d'une société par l'usufruitier
21/07/2009
Gérer une flotte de portables
21/07/2009
Report des congés payés d'un salarié malade
11/06/2009
Vérification de comptabilité et contrôle inopiné
11/06/2009
Linux : comment donner une nouvelle vie à un PC
12/05/2009
Information sur la santé et la sécurité au travail
07/04/2009
L'option pour le remboursement mensuel de la TVA
07/04/2009
L'assurance-vie, instrument de financement
07/04/2009
Soldes, liquidations, ventes au déballage : les nouvelles règles du jeu
07/04/2009
Le point sur les NetTops
07/04/2009
Réforme du droit des entreprises en difficulté
10/03/2009
Délais de paiement : la nouvelle règle du jeu
10/03/2009
La souscription au capital de SOFICA
10/03/2009
Compte et dépôt à terme
05/02/2009
Le point sur le SPAM
05/02/2009
Entreprises nouvelles et zones d'activité
12/01/2009
L'épargne solidaire
12/01/2009
Le point sur les virus informatiques
12/01/2009
L'obligation d'information des salariés sur les contrats d'assurance de groupe
11/12/2008
Déplafonnement du loyer du bail renouvelé
11/12/2008
Investissements locatifs dans le tourisme
11/12/2008
Les assistants électroniques anti-radars
11/12/2008
Quand la bureautique devient « écolo »
17/11/2008
Le droit de rétractation de l'acquéreur d'un bien immobilier
07/10/2008
Comment déterminer la convention collective de branche applicable à l'entreprise ?
04/09/2008
Cession d'actions : le délai pour procéder au rachat après un refus d'agrément
04/09/2008
Trouver un fichier en toute simplicité sur son PC
04/09/2008
Caution du dirigeant : les risques fiscaux
10/07/2008
Assurance-vie : une épargne toujours disponible ?
10/07/2008
Comment bien réagir face au fisc ?
12/06/2008
Gare à la durée du cautionnement souscrit par un dirigeant au profit de sa société
19/05/2008
Comment bien utiliser Google
19/05/2008




© 2009-2018 - Les Echos Publishing - mentions légales