Élysée Services
81 Avenue des Pyrénées
31600 MURET
Tél. 05 34 63 78 50
Fax : 05 61 41 24 29
cabinet@sodevex.fr






    EN SAVOIR PLUS >  FICHES-EXPERT

  L'épargne solidaire
Instruction fiscale du 16 octobre 2008, BOI 5 I-8-08

Traditionnellement, un épargnant oriente ses placements en fonction de critères financiers, et plus particulièrement de leur rentabilité. Mais depuis quelques années, certains investisseurs retiennent également des critères extrafinanciers pour choisir leurs placements. D'où l'apparition de placements dits « responsables », tenant compte du profit attendu et des convictions personnelles des investisseurs, qui se demandent alors « comment agir au mieux » de leur intérêt personnel et de l'intérêt général.

Deux grandes familles de placements « citoyens » sont actuellement disponibles sur le marché : l'épargne éthique ­- ou plus justement qualifiée : l'« investissement socialement responsable » - (ISR), et l'épargne solidaire. Bien que souvent associées, il s'agit pourtant de notions distinctes.

L'épargne éthique, ou l'investissement socialement responsable (ISR), a pour objet d'orienter l'épargne des investisseurs vers des sociétés qui concilient développement durable, respect de valeurs sociales, éthiques et/ou environnementales (critères d'acceptation). Plus précisément, Certains fonds éthiques fonctionnent suivant un principe d'exclusion. Aucun investissement n'est alors réalisé dans des sociétés exerçant leur activité dans certains secteurs (armement, tabac...) ou dans des sociétés qui font travailler les enfants par l'intermédiaire de sous-traitants, voire dans des activités qu'ils considèrent comme dangereuses pour l'environnement : OGM, nucléaire. Les produits ISR peuvent prendre la forme de livrets, de contrats d'assurance-vie, mais le plus souvent il s'agit de fonds (OPCVM) investis en actions ou à dominante actions, mais aussi de fonds obligataires.

À noter ces placements éthiques ne sont pas assortis d'avantages fiscaux spécifiques. Leur imposition varie en fonction du type de placement.

L'épargne solidaire, elle, permet de financer des projets solidaires qui n'auraient pas nécessairement trouvé de financement par les voies financières classiques, notamment bancaires. Ces produits d'épargne solidaire prennent la forme de livrets, de Sicav ou de FCP, d'actions, de contrats d'assurance-vie, de produits d'épargne salariale...

On distingue actuellement deux approches différentes dans le cadre de l'épargne solidaire :
> Les produits d'investissement solidaire : une partie de l'argent épargné est investie à hauteur d'au moins 10 % dans des projets solidaires (des entreprises ayant une forte utilité sociale), comme le financement d'une entreprise d'insertion ou le développement d'activités dans les pays du Sud.

> Les produits de partage : lorsque l'épargnant souscrit un placement de partage, il accepte qu'une partie ou la totalité des revenus générés soit redistribuée à un organisme solidaire. Ainsi, une partie des intérêts est consacrée à des oeuvres solidaires (aide au développement, insertion par l'emploi ou le logement, lutte contre les exclusions, etc.).

En principe, les produits de placement à revenu fixe sont soumis d'office ou sur option à un prélèvement libératoire de l'impôt sur le revenu au taux de 18 %, soit un taux global de 30,1 % prélèvements sociaux inclus.
Afin d'encourager la souscription de produits d'épargne solidaire dite de partage, les intérêts perçus, depuis le 1er janvier 2008, dans le cadre de cette épargne, bénéficient d'un prélèvement à taux réduit égal à 5 %, soit 16 % prélèvements sociaux compris jusqu'au 31 décembre 2008, sur la fraction de ces revenus d'épargne consacrée à des oeuvres d'intérêt général.

À noter depuis le 1er janvier 2009, le taux global sur ces produits d'épargne dit de partage est de 17,1 % (le taux des prélèvements sociaux passe de 11 à 12,1 %).

Les épargnants « solidaires » restent donc imposés au taux de droit commun sur la partie des revenus qu'ils perçoivent effectivement grâce à cette épargne solidaire.

L'administration fiscale vient de confirmer dans une récente instruction que ce taux réduit ne concerne que les produits de placement à revenu fixe.
Sont notamment concernés par ce taux réduit de 5 % :
- les produits d'obligations négociables et de titres participatifs ;
- les produits des titres de créances négociables et non susceptibles d'être cotés ;
- les produits des bons du Trésor et assimilés, ainsi que des bons de caisse émis par les établissements de crédit ;
- les produits des créances, des comptes courants d'associés et des dépôts (ex. : comptes sur livrets) ;
- les produits des parts des fonds communs de créances ;
- certains produits distribués par les OPCVM.

En revanche, sont exclus du bénéfice du taux de 5 % :
- les produits pour lesquels le régime de l'anonymat fiscal est applicable ;
- les produits des bons ou contrats de capitalisation (assurance-vie) ;
- les intérêts des comptes courants bloqués individuels ;
- toutes les sommes n'ayant pas la nature de produits de placement à revenu fixe, et notamment les produits de placement à revenu variable (dividendes et autres revenus distribués), les gains de cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux.

L'administration fiscale rappelle également que l'abandon exprès de revenus ou de produits à des oeuvres d'intérêt général est assimilé à un don ouvrant droit une réduction d'impôt sur le revenu de 75 % (limitée à 495 € pour 2008) ou de 66 % (limitée à 20 % du revenu imposable) selon le type d'organisme bénéficiaire.

haut de page

Conditions d'application à respecter

> Pour que les produits de placement perçus dans le cadre d'un mécanisme d'épargne solidaire bénéficient du taux réduit de 5 %, les conditions suivantes doivent être remplies :
- l'engagement d'abandon des revenus doit être matérialisé par une convention conclue avec l'établissement payeur, concomitamment à la souscription du produit d'épargne ;
- l'abandon des revenus doit être réalisé au profit d'organismes d'intérêt général mentionnés à l'article 200 du Code général des impôts. Il s'agit notamment des fondations ou associations reconnues d'utilité publique, des oeuvres et des organismes d'intérêt général ayant un caractère philanthropique, éducatif, scientifique, social, humanitaire, sportif, familial, culturel...

> De nombreuses précisions pratiques ont été apportées par une instruction administrative.
L'administration précise que lorsque la convention de partage a été conclue avant le 16 octobre 2008, et qu'elle ne mentionne pas l'intégralité des informations prévues (l'identité et les coordonnées des signataires, la dénomination du produit d'épargne souscrit et la nature des produits abandonnés, la liste des organismes bénéficiaires, ainsi que leur adresse et les modalités retenues pour l'abandon des produits acquis au donateur), le contribuable et l'établissement payeur disposent d'un délai de 6 mois à compter du 16 octobre 2008 pour signer un avenant à la convention, reprenant les informations manquantes.

La société de gestion d'un OPCVM dit « solidaire » dispose du même délai pour modifier le prospectus ou la notice d'information de l'organisme, qui tient lieu de convention, si ce document ne mentionne pas l'ensemble des informations requises (la dénomination du produit d'épargne et la nature des produits abandonnés, la liste des organismes bénéficiaires...).
L'administration admet que les établissements payeurs qui n'auraient pas correctement liquidé le prélèvement forfaitaire libératoire dû sur les produits d'épargne solidaire, dite « de partage », perçus antérieurement au 16 octobre 2008, peuvent régulariser leur situation sur la déclaration n° 2777 déposée au cours de l'un des 3 mois suivant la date du 16 octobre, accompagnée des pièces justificatives nécessaires, sans qu'aucune pénalité soit appliquée.

haut de page

Où souscrire un produit d'épargne solidaire ?

La majorité des établissements financiers propose désormais des produits d'épargne solidaire de tous types, et des financeurs solidaires collectent l'épargne en direct pour soutenir des activités solidaires.

haut de page

Les produits d'épargne solidaire sont-ils rentables ?

L'épargne solidaire est un peu moins rentable que l'épargne « classique », soit parce que l'épargnant donne une partie de ses intérêts, soit parce qu'une partie du capital est investie sur des projets dont la rentabilité économique est faible. Mais en principe ces placements sont gérés avec le même souci de rentabilité qu'un autre produit financier.

Cependant, il faut tenir compte, pour certains produits, des avantages fiscaux dont bénéficie l'épargnant. Au final, on peut obtenir un rendement globalement satisfaisant, tout en sachant que la préoccupation de l'investisseur dans le cadre de cette épargne tient autant de l'utilité économique et sociale du placement que de sa rémunération.

haut de page

Article du 12/01/2009 - © Copyright SID Presse - 2009




En savoir plus...

Report en arrière des déficits : notion de bénéfice d’imputation
10/05/2011
Le nouveau mode de calcul de la réduction Fillon
10/05/2011
L’augmentation des engagements des associés
10/05/2011
Trouvez de nouveaux clients grâce aux places de marché
10/05/2011
Le régime matrimonial de la participation aux acquêts
06/05/2011
Les fonds socialement responsables
09/02/2011
Le Mandat de protection future
09/02/2011
Utiliser les comparateurs pour faire connaître ses produits sur Internet
07/02/2011
Méfiez-vous des « renifleurs » !
07/02/2011
Fixation du loyer du bail commercial renouvelé
07/02/2011
Révision du loyer du bail commercial en cours
07/02/2011
Perte de la moitié du capital social
31/01/2011
Les sociétés coopératives ouvrières de production (Scop)
31/01/2011
La contre-visite médicale diligentée par un employeur
31/01/2011
Location de locaux professionnels et option à la TVA
31/01/2011
Investir dans les trackers
18/11/2010
Faut-il passer à la téléphonie sur IP ?
17/11/2010
La clause de réserve de propriété
17/11/2010
Précisions sur les modalités du droit individuel à la formation
17/11/2010
La déclaration européenne des services
17/11/2010
La taxe sur les véhicules de sociétés
15/11/2010
Le remboursement de la TVA payée au sein de l’Union européenne
10/11/2010
Le régime juridique de l'entrepreneur individuel à responsabilité limitée
12/10/2010
L’imposition de l’entrepreneur individuel à responsabilité limitée
12/10/2010
Recrutement d'un salarié : les règles juridiques à respecter
12/10/2010
Twitter : un outil pour l’entreprise ?
07/09/2010
Le reclassement à l’étranger d’un salarié licencié pour motif économique
07/09/2010
Apport en société d’une entreprise individuelle
07/09/2010
Ordres de Bourse : mode d’emploi
13/07/2010
Un iPad ? Pour quoi faire ?
13/07/2010
Le sort du bail commercial en cas de procédure collective du locataire
13/07/2010
La situation du salarié victime d’une inaptitude d’origine professionnelle
13/07/2010
Exonération des intérêts de retard : la technique de la mention expresse
12/07/2010
Contrats d’assurance-vie et ISF
22/06/2010
Maîtriser Windows 7
22/06/2010
La société en participation
21/06/2010
Portée d’une transaction
21/06/2010
Les modalités de décompte des effectifs d’une entreprise
18/06/2010
Exonération des cessions d’entreprise en fonction de leur valeur
18/06/2010
La réforme de la TVA immobilière
18/06/2010
Les rendements 2009 des contrats d'assurance-vie en euros
12/05/2010
Le point sur le « Cloud computing »
12/05/2010
Comment organiser la prise des congés payés d'été
12/05/2010
Quand y a-t-il harcèlement moral ?
12/05/2010
La clause de non-concurrence en droit commercial
12/05/2010
La déductibilité des frais d'acquisition de titres de sociétés soumises à l'IS
12/05/2010
Acheter des « mots-clés » pour booster son site internet
14/04/2010
La sous-location de locaux commerciaux
14/04/2010
Le rescrit social
14/04/2010
Réduction de capital et droits d'enregistrement
14/04/2010
Réduction d'impôt « Madelin »
14/04/2010
Comment référencer un site dans un moteur de recherche
28/01/2010
Déposer un nom de domaine
28/01/2010
Les avantages fiscaux de la holding de reprise
28/01/2010
La délégation de pouvoirs dans les sociétés
28/01/2010
La nouvelle procédure d'instruction des accidents du travail
28/01/2010
La publicité des comptes des associations et des fondations
21/01/2010
Mieux utiliser sa boîte aux lettres électronique
21/01/2010
La convention d'occupation précaire
08/01/2010
Combattre le stress au travail
07/01/2010
Le régime fiscal de la location en meublé
07/01/2010
Le nouveau statut de loueur en meublé professionnel
07/01/2010
Les fonds de dotation
05/01/2010
Le taux de participation à la formation continue
05/01/2010
Les nouvelles modalités du cumul emploi-retraite
21/07/2009
Maintien de la prévoyance d'entreprise au profit des ex-salariés
21/07/2009
Redressement fiscal et sursis de paiement
21/07/2009
Option des sociétés de capitaux à l'IR
21/07/2009
Pénalités de retard pour non-paiement d'une facture
21/07/2009
Mise en réserve des bénéfices d'une société par l'usufruitier
21/07/2009
Gérer une flotte de portables
21/07/2009
Report des congés payés d'un salarié malade
11/06/2009
Vérification de comptabilité et contrôle inopiné
11/06/2009
Linux : comment donner une nouvelle vie à un PC
12/05/2009
Information sur la santé et la sécurité au travail
07/04/2009
L'option pour le remboursement mensuel de la TVA
07/04/2009
L'assurance-vie, instrument de financement
07/04/2009
Soldes, liquidations, ventes au déballage : les nouvelles règles du jeu
07/04/2009
Le point sur les NetTops
07/04/2009
Réforme du droit des entreprises en difficulté
10/03/2009
Délais de paiement : la nouvelle règle du jeu
10/03/2009
La souscription au capital de SOFICA
10/03/2009
Compte et dépôt à terme
05/02/2009
Le point sur le SPAM
05/02/2009
Entreprises nouvelles et zones d'activité
12/01/2009
L'épargne solidaire
12/01/2009
Le point sur les virus informatiques
12/01/2009
L'obligation d'information des salariés sur les contrats d'assurance de groupe
11/12/2008
Déplafonnement du loyer du bail renouvelé
11/12/2008
Investissements locatifs dans le tourisme
11/12/2008
Les assistants électroniques anti-radars
11/12/2008
Quand la bureautique devient « écolo »
17/11/2008
Le droit de rétractation de l'acquéreur d'un bien immobilier
07/10/2008
Comment déterminer la convention collective de branche applicable à l'entreprise ?
04/09/2008
Cession d'actions : le délai pour procéder au rachat après un refus d'agrément
04/09/2008
Trouver un fichier en toute simplicité sur son PC
04/09/2008
Caution du dirigeant : les risques fiscaux
10/07/2008
Assurance-vie : une épargne toujours disponible ?
10/07/2008
Comment bien réagir face au fisc ?
12/06/2008
Gare à la durée du cautionnement souscrit par un dirigeant au profit de sa société
19/05/2008
Comment bien utiliser Google
19/05/2008




© 2009-2018 - Les Echos Publishing - mentions légales