Élysée Services
81 Avenue des Pyrénées
31600 MURET
Tél. 05 34 63 78 50
Fax : 05 61 41 24 29
cabinet@sodevex.fr






    EN SAVOIR PLUS >  FICHES-EXPERT

  Assurance-vie : une épargne toujours disponible ?
Loi n° 2007-1775 du 17 décembre 2007, JO du 18 et Cassation Chambre mixte, 22 février 2008, n° 06-11934

Le contrat d'assurance-vie dit « mixte » ou encore « alternatif » est celui qui combine une assurance en cas de vie et une autre en cas de décès. Ce contrat prévoit la constitution d'un capital que l'assureur s'engage à payer, soit au terme du contrat si l'assuré, en principe la même personne que le souscripteur du contrat, est en vie, soit au décès de l'assuré si celui-ci meurt avant l'échéance à un ou plusieurs bénéficiaires désignés. Ces contrats, très répandus en matière d'assurance-vie, permettent donc de réaliser à la fois une opération d'épargne en cas de vie et une opération de prévoyance en cas de décès.

Pendant la durée du contrat, l'épargne du souscripteur reste disponible. Contrairement à d'autres produits de placement, le titulaire d'un contrat peut quand il le souhaite demander le remboursement anticipé, c'est-à-dire avant le terme du contrat initialement prévu, de tout ou partie de son épargne.

Toutefois, lorsque le souscripteur d'un contrat d'assurance-vie désigne un bénéficiaire, ce dernier peut accepter cette désignation. Et cette acceptation a pour conséquence de donner au bénéficiaire un droit irrévocable sur ce contrat. À compter de cette date, le souscripteur n'a en effet plus la possibilité de changer librement de bénéficiaire. Sauf accord entre les parties, il ne pourrait, selon la doctrine administrative, reprise par de nombreuses juridictions, pas non plus réaliser de rachats. Cette dernière interdiction a pour conséquence de protéger le bénéficiaire en empêchant le souscripteur de procéder, sans l'accord de ce dernier, à un rachat total du contrat qui aboutirait, de fait, à la révocation de ce bénéficiaire.

Dès lors que le souscripteur et le bénéficiaire s'accordent, l'acceptation ne pose pas de problème. Mais si des conflits apparaissent entre eux, le contrat est alors bloqué et l'épargne du souscripteur n'est plus disponible. D'où l'importance du débat sur l'articulation entre le droit au rachat du souscripteur et les droits du bénéficiaire acceptant. Et ce d'autant plus que, jusqu'à présent, le simple fait d'informer le bénéficiaire qu'un contrat d'assurance-vie avait été souscrit à son profit pouvait permettre à celui-ci d'acquérir un droit irrévocable sur le contrat.

À noter jusqu'à présent, l'acceptation pouvant se faire à l'insu du souscripteur, il était conseillé de ne pas révéler aux bénéficiaires l'existence d'un contrat à leur profit avant le décès de l'assuré-souscripteur. Ce qui explique le nombre élevé de contrats d'assurance-vie non réclamés, les bénéficiaires ignorant leur existence. La meilleure solution pour éviter les acceptations sauvages était encore de désigner le ou les bénéficiaires par testament ou de déposer la clause bénéficiaire devant notaire.

En cas de conflit entre les parties à un contrat d'assurance-vie « mixte », en présence d'un bénéficiaire acceptant, l'assureur refuse donc très souvent tout rachat par le souscripteur, sauf accord du bénéficiaire. Devant ce refus, de nombreux souscripteurs ont alors saisi un juge. Si jusqu'à présent, dans la majorité des affaires, les magistrats s'étaient plutôt prononcés en faveur de l'interdiction de réaliser un rachat en cas d'acceptation par le bénéficiaire du contrat, deux faits majeurs récents reviennent sur ce principe.

• Afin d'éviter que le bénéficiaire d'un contrat d'assurance-vie accepte directement auprès de l'assureur sans en informer le souscripteur et tout en améliorant l'information des bénéfi-ciaires, la loi du 17 décembre dernier relative à l'assurance-vie a clarifié pour l'avenir la conciliation des droits du souscripteur, notamment sa faculté de rachat, avec ceux du bénéficiaire acceptant.

Désormais, l'acceptation ne peut intervenir sans le consentement du souscripteur. Sachant qu'après avoir donné son accord à l'acceptation d'un bénéficiaire, le souscripteur ne peut pas procéder à un changement de bénéficiaire, ni à des rachats ou à des avances, ni même à un nantissement du contrat, sans l'aval du bénéficiaire.

Toutefois, cette nouvelle procédure s'applique uniquement aux contrats en cours n'ayant pas encore donné lieu à acceptation du bénéficiaire au 18 décembre 2007 et aux contrats souscrits à compter de cette même date.

• Une décision de la Cour de cassation est venue récemment compléter cette loi, réglant enfin le sort des contrats d'assurance-vie acceptés avant le 18 décembre 2007. Selon la cour, lorsque le droit de rachat est prévu au contrat, le souscripteur, même en présence d'un bénéficiaire acceptant, peut réaliser des rachats sur son contrat sans obtenir l'aval du bénéficiaire, sauf en présence de renonciation expresse du souscripteur à son droit.

En pratique les magistrats de la Cour de cassation n'ont donné aucune précision relative à la forme que pourrait prendre cette renonciation expresse du souscripteur.

Autrement dit, selon cette décision, le souscripteur, même en présence d'un bénéficiaire acceptant, peut réaliser des rachats sur son contrat sans obtenir l'aval du bénéficiaire. En revanche, le changement de bénéficiaire reste impossible, même si cette interdiction peut alors être contournée par le biais d'un rachat total et la souscription d'un nouveau contrat.

Très favorable aux souscripteurs, cette décision n'aura toutefois d'effet pratique que si les assureurs jouent le jeu et acceptent les demandes de rachat.

haut de page

L'acceptation des contrats à compter du 18 décembre 2007

Les nouvelles modalités légales d'acceptation ainsi que leurs effets sont applicables aux souscriptions réalisées à compter du 18 décembre 2007 et aux contrats d'assurance-vie en cours à cette date mais non encore acceptés par un bénéficiaire.

Un certain formalisme à respecter

L'acceptation doit être faite soit sous forme d'un avenant signé par l'assureur, le souscripteur et le bénéficiaire, soit par acte authentique ou sous-seing privé signé du souscripteur et du bénéficiaire ; mais dans ce cas, l'acceptation doit être notifiée par écrit à l'assureur.

Précision lorsque la désignation du bénéficiaire est faite à titre gratuit, l'acceptation ne peut intervenir que 30 jours après que le bénéficiaire acceptant a été informé de la conclusion du contrat d'assurance-vie.

Les effets de l'acceptation

Pendant la durée du contrat, après approbation de l'acceptation du bénéficiaire par le souscripteur, ce dernier ne peut exercer sa faculté de rachat, et l'entreprise d'assurance ne peut lui consentir d'avance sans l'accord du bénéficiaire.

En outre, comme pour le rachat, les avances ou encore le nantissement d'un contrat d'assurance-vie accepté par un bénéficiaire ne sont plus possibles sans son consentement.

Précision quand l'acceptation du bénéficiaire est postérieure au nantissement, celle-ci est sans effet à l'égard des droits du créancier nanti. Et sauf clause contraire, le créancier nanti peut provoquer le rachat malgré l'acceptation du bénéficiaire.

La loi reste muette quant aux effets de l'acceptation sur les possibilités pour le souscripteur d'arbitrer son contrat ou encore de le transformer, par exemple de passer d'un contrat en euros à un multisupports. Si, en principe, le souscripteur conserve la faculté d'arbitrer son contrat, la question de la transformation n'est pas tranchée.

haut de page

Commentaire

• Suite à la décision de la Cour de cassation, les assureurs devraient accepter d'honorer toutes les demandes de rachat, même en présence d'un bénéficiaire acceptant, dès lors que cette acceptation a eu lieu avant le 18 décembre 2007.
En extrapolant cette décision, le souscripteur conserve alors la faculté de demander une avance, de nantir son contrat ou encore de le convertir en rente, et bien sûr d'arbitrer les fonds sur son contrat ou de transformer un contrat en euros en multisupport, en présence d'un bénéficiaire acceptant, sauf s'il a expressément renoncé à ce droit. Dans cette hypothèse, il devra obtenir l'accord du bénéficiaire pour effectuer un rachat.

• Selon la solution retenue par la Cour de cassation, la garantie vie et la garantie décès doivent être dissociées. L'acceptation du ou des bénéficiaires, si elle rend, en principe, irrévocable la stipulation faite à leur profit, n'a pas pour conséquence d'interdire au souscripteur d'exercer le droit au rachat du contrat avant son terme.

Pourtant, en pratique, le fait de permettre au souscripteur d'effectuer des rachats malgré l'acceptation du bénéficiaire provoque indirectement la révocation de la clause bénéficiaire puisque le souscripteur peut clôturer le contrat en réalisant un rachat total, pour par exemple souscrire un autre contrat et changer les bénéficiaires en cas de décès.
L'acceptation ne protège plus le bénéficiaire d'un rachat total du contrat par le souscripteur.

• Alors que la solution retenue par la loi du 17 décembre 2007 et ses effets sont clairs et précis, celle des magistrats de la Cour de cassation suscite encore quelques interrogations.
Il existe différents types de contrats d'assurance-vie : tous sont-ils concernés, ou seulement les contrats d'assurance-vie mixte, dont il était question dans cet arrêt ? À ce titre, il semble que la majorité des contrats à versements libres en euros ou en unités de compte, à durée indéterminée et dénouables par rachat, soit concernée.
Mais qu'adviendra-t-il des contrats acceptés avant le 18 décembre 2007 contenant une clause interdisant au souscripteur d'effectuer un rachat sur son contrat en cas d'acceptation ?

Par ailleurs, le contrat en cause dans l'arrêt prévoyait que la faculté de rachat subsistait en dépit de l'acceptation du contrat.
La solution dégagée par la Cour de cassation est-elle exclusivement applicable aux contrats contenant le même type de clauses ?
À ce titre, il semble que l'application de cette décision soit beaucoup plus large, puisque la solution dégagée par les magistrats désigne l'ensemble des contrats contenant une faculté de rachat.

Il restera à observer si les assureurs estimeront pouvoir répondre de la sorte, de façon aussi tranchée, aux interrogations suscitées par ce revirement de jurisprudence.

• Ces précisions, relatives à la conciliation du droit au rachat du souscripteur avec ceux du bénéficiaire acceptant, peuvent également avoir un impact en matière d'impôt de solidarité sur la fortune (ISF). En effet, seuls les contrats possédant une valeur de rachat sont soumis à l'ISF. Ainsi, les contrats ayant fait l'objet d'une acceptation avant le 18 décembre 2007 permettent au souscripteur de conserver une faculté de rachat, cette valeur de rachat doit donc être comprise dans l'assiette de l'ISF. À l'inverse, l'acceptation du bénéficiaire depuis le 18 décembre 2007 prive le souscripteur de sa faculté de rachat, qui est alors soumise à la volonté du bénéficiaire acceptant. Doit-on considérer que ce contrat perd ou conserve sa valeur de rachat ? Il semble prudent d'attendre les commentaires administratifs et les éventuelles décisions de justice avant de considérer ces contrats comme non rachetables et de prendre le risque de ne pas les inclure dans l'assiette de l'ISF de nos clients.

haut de page

Article du 10/07/2008 - © Copyright SID Presse - 2008




En savoir plus...

Report en arrière des déficits : notion de bénéfice d’imputation
10/05/2011
Le nouveau mode de calcul de la réduction Fillon
10/05/2011
L’augmentation des engagements des associés
10/05/2011
Trouvez de nouveaux clients grâce aux places de marché
10/05/2011
Le régime matrimonial de la participation aux acquêts
06/05/2011
Les fonds socialement responsables
09/02/2011
Le Mandat de protection future
09/02/2011
Utiliser les comparateurs pour faire connaître ses produits sur Internet
07/02/2011
Méfiez-vous des « renifleurs » !
07/02/2011
Fixation du loyer du bail commercial renouvelé
07/02/2011
Révision du loyer du bail commercial en cours
07/02/2011
Perte de la moitié du capital social
31/01/2011
Les sociétés coopératives ouvrières de production (Scop)
31/01/2011
La contre-visite médicale diligentée par un employeur
31/01/2011
Location de locaux professionnels et option à la TVA
31/01/2011
Investir dans les trackers
18/11/2010
Faut-il passer à la téléphonie sur IP ?
17/11/2010
La clause de réserve de propriété
17/11/2010
Précisions sur les modalités du droit individuel à la formation
17/11/2010
La déclaration européenne des services
17/11/2010
La taxe sur les véhicules de sociétés
15/11/2010
Le remboursement de la TVA payée au sein de l’Union européenne
10/11/2010
Le régime juridique de l'entrepreneur individuel à responsabilité limitée
12/10/2010
L’imposition de l’entrepreneur individuel à responsabilité limitée
12/10/2010
Recrutement d'un salarié : les règles juridiques à respecter
12/10/2010
Twitter : un outil pour l’entreprise ?
07/09/2010
Le reclassement à l’étranger d’un salarié licencié pour motif économique
07/09/2010
Apport en société d’une entreprise individuelle
07/09/2010
Ordres de Bourse : mode d’emploi
13/07/2010
Un iPad ? Pour quoi faire ?
13/07/2010
Le sort du bail commercial en cas de procédure collective du locataire
13/07/2010
La situation du salarié victime d’une inaptitude d’origine professionnelle
13/07/2010
Exonération des intérêts de retard : la technique de la mention expresse
12/07/2010
Contrats d’assurance-vie et ISF
22/06/2010
Maîtriser Windows 7
22/06/2010
La société en participation
21/06/2010
Portée d’une transaction
21/06/2010
Les modalités de décompte des effectifs d’une entreprise
18/06/2010
Exonération des cessions d’entreprise en fonction de leur valeur
18/06/2010
La réforme de la TVA immobilière
18/06/2010
Les rendements 2009 des contrats d'assurance-vie en euros
12/05/2010
Le point sur le « Cloud computing »
12/05/2010
Comment organiser la prise des congés payés d'été
12/05/2010
Quand y a-t-il harcèlement moral ?
12/05/2010
La clause de non-concurrence en droit commercial
12/05/2010
La déductibilité des frais d'acquisition de titres de sociétés soumises à l'IS
12/05/2010
Acheter des « mots-clés » pour booster son site internet
14/04/2010
La sous-location de locaux commerciaux
14/04/2010
Le rescrit social
14/04/2010
Réduction de capital et droits d'enregistrement
14/04/2010
Réduction d'impôt « Madelin »
14/04/2010
Comment référencer un site dans un moteur de recherche
28/01/2010
Déposer un nom de domaine
28/01/2010
Les avantages fiscaux de la holding de reprise
28/01/2010
La délégation de pouvoirs dans les sociétés
28/01/2010
La nouvelle procédure d'instruction des accidents du travail
28/01/2010
La publicité des comptes des associations et des fondations
21/01/2010
Mieux utiliser sa boîte aux lettres électronique
21/01/2010
La convention d'occupation précaire
08/01/2010
Combattre le stress au travail
07/01/2010
Le régime fiscal de la location en meublé
07/01/2010
Le nouveau statut de loueur en meublé professionnel
07/01/2010
Les fonds de dotation
05/01/2010
Le taux de participation à la formation continue
05/01/2010
Les nouvelles modalités du cumul emploi-retraite
21/07/2009
Maintien de la prévoyance d'entreprise au profit des ex-salariés
21/07/2009
Redressement fiscal et sursis de paiement
21/07/2009
Option des sociétés de capitaux à l'IR
21/07/2009
Pénalités de retard pour non-paiement d'une facture
21/07/2009
Mise en réserve des bénéfices d'une société par l'usufruitier
21/07/2009
Gérer une flotte de portables
21/07/2009
Report des congés payés d'un salarié malade
11/06/2009
Vérification de comptabilité et contrôle inopiné
11/06/2009
Linux : comment donner une nouvelle vie à un PC
12/05/2009
Information sur la santé et la sécurité au travail
07/04/2009
L'option pour le remboursement mensuel de la TVA
07/04/2009
L'assurance-vie, instrument de financement
07/04/2009
Soldes, liquidations, ventes au déballage : les nouvelles règles du jeu
07/04/2009
Le point sur les NetTops
07/04/2009
Réforme du droit des entreprises en difficulté
10/03/2009
Délais de paiement : la nouvelle règle du jeu
10/03/2009
La souscription au capital de SOFICA
10/03/2009
Compte et dépôt à terme
05/02/2009
Le point sur le SPAM
05/02/2009
Entreprises nouvelles et zones d'activité
12/01/2009
L'épargne solidaire
12/01/2009
Le point sur les virus informatiques
12/01/2009
L'obligation d'information des salariés sur les contrats d'assurance de groupe
11/12/2008
Déplafonnement du loyer du bail renouvelé
11/12/2008
Investissements locatifs dans le tourisme
11/12/2008
Les assistants électroniques anti-radars
11/12/2008
Quand la bureautique devient « écolo »
17/11/2008
Le droit de rétractation de l'acquéreur d'un bien immobilier
07/10/2008
Comment déterminer la convention collective de branche applicable à l'entreprise ?
04/09/2008
Cession d'actions : le délai pour procéder au rachat après un refus d'agrément
04/09/2008
Trouver un fichier en toute simplicité sur son PC
04/09/2008
Caution du dirigeant : les risques fiscaux
10/07/2008
Assurance-vie : une épargne toujours disponible ?
10/07/2008
Comment bien réagir face au fisc ?
12/06/2008
Gare à la durée du cautionnement souscrit par un dirigeant au profit de sa société
19/05/2008
Comment bien utiliser Google
19/05/2008




© 2009-2018 - Les Echos Publishing - mentions légales