Élysée Services
81 Avenue des Pyrénées
31600 MURET
Tél. 05 34 63 78 50
Fax : 05 61 41 24 29
cabinet@sodevex.fr






    EN SAVOIR PLUS >  FICHES-EXPERT

  Comment bien réagir face au fisc ?

Depuis plusieurs années, le gouvernement oeuvre pour améliorer les relations entre les contribuables et l'administration fiscale, notamment en favorisant les échanges et le dialogue. Il n'en reste pas moins que la réception d'une proposition de rectification de la part des services des impôts reste pour la plupart des clients du Cabinet une expérience traumatisante, que la contestation de l'administration porte sur leurs revenus personnels ou sur leurs résultats d'entreprise.
Voici un point sur les différentes étapes de la procédure de rectification et ses suites, à jour des modifications apportées par les dernières lois de finances, dont la maîtrise permettra d'accompagner les clients du Cabinet concernés dans les meilleures conditions et avec les meilleures chances de succès !

haut de page

Procédure de rectification contradictoire

Afin de garantir aux contribuables le droit de se défendre, la procédure de rectification a en principe un caractère contradictoire. Cela signifie qu'avant de mettre en recouvrement les rehaussements d'imposition envisagés à l'issue d'un contrôle, l'agent des impôts doit envoyer au contribuable une proposition de rectification dans laquelle il invite le contribuable à produire ses observations. Observations auxquelles il est ensuite tenu de répondre.

Mais cette procédure contradictoire ne s'applique pas à tous les rehaussements d'impôts, notamment en matière d'impôts directs locaux (taxe professionnelle, taxe foncière, etc.). Et surtout, l'administration peut y déroger dans certaines circonstances exceptionnelles, prévues par la loi, notamment en cas de défaut ou de retard de déclaration. Dans ces cas, l'administration peut alors utiliser la procédure de taxation d'office. Le contribuable ne pourra, dans le cadre d'une telle procédure, contester l'imposition ainsi établie par l'administration qu'en formulant une réclamation contentieuse suite à la mise en recouvrement des impositions, et c'est lui qui, devant les tribunaux, aura la charge de la preuve et devra démontrer que la base d'imposition fixée par l'administration est exagérée !

haut de page

La proposition de rectification

Le vérificateur qui envisage des rehaussements d'imposition doit d'abord adresser au contribuable, par pli recommandé avec accusé de réception, une proposition de rectification parfaitement régulière.
Cette proposition de rectification doit en principe être notifiée au contribuable (ou à son représentant légal) au lieu où il souscrit ses déclarations. Et elle doit impérativement préciser :
- la mention du délai ouvert au contribuable à compter de la réception de la proposition pour accepter ou contester la rectification ;
- le nom, le grade, le service et la signature manuscrite de l'agent qui l'a rédigée ;
- le motif de la proposition de rectification ;
- le montant des propositions de rectification et la base d'imposition retenue ;
- la mention du droit à l'assistance d'un conseil du choix du contribuable ;
- les années concernées par le contrôle ;
- les impôts contrôlés ;
- la nature de la procédure de rectification ;
- les conséquences financières des rectifications faisant suite à une vérification de comptabilité ou à un examen de la situation fiscale personnelle.

Point important la proposition de rectification fixe les limites des rehaussements. Ainsi, l'administration ne pourra, par la suite, mettre en recouvrement des impositions établies sur une base supérieure à celle initialement notifiée.

De plus, le fisc doit en principe motiver la rectification envisagée (y compris les pénalités), c'est-à-dire qu'il doit préciser la règle de droit applicable et expliquer les faits qui motivent cette rectification.

haut de page

Droit de réponse du contribuable

À compter de la réception de la proposition de rectification, le contribuable dispose d'un délai de 30 jours pour répondre à l'administration.
La loi a porté de 30 à 60 jours le délai dont dispose le contribuable pour faire parvenir au service concerné son acceptation ou ses observations en réponse à la proposition de rectification qui lui a été adressée par l'administration fiscale. Cette nouvelle disposition allongeant le délai de réponse du contribuable s'applique aux propositions de rectification envoyées à compter du 1er janvier 2008. Cette prorogation du délai de réponse n'est toutefois accordée au contribuable que s'il en fait la demande expresse.

En pratique pour pouvoir bénéficier de cette prorogation, le contribuable devra, dans tous les cas, en faire la demande par écrit avant l'expiration du délai de réponse de 30 jours initial, le cachet de la poste faisant foi. Passé ce délai, la demande du contribuable sera irrecevable, sauf s'il allègue de circonstances exceptionnelles ayant empêché cette sollicitation d'arriver dans les temps aux services fiscaux.

Dans sa réponse, le contribuable peut soit contester les rectifications, soit les accepter, totalement ou partiellement. Le silence ou la réponse hors délai du contribuable valant acceptation tacite des rehaussements proposés.

Pour contester ces rehaussements, le contribuable doit formuler ses observations par écrit, les signer et les adresser à l'administration. En pratique, il est recommandé de bien détailler tous les arguments de contestation.

haut de page

La réponse aux observations du contribuable

• Lorsqu'un contribuable a formulé ses observations, l'administration doit ensuite lui répondre par écrit. Dans cette réponse, elle peut accepter les observations du contribuable et abandonner les rectifications envisagées. Mais si, au contraire, elle décide de rejeter les observations du contribuable, ce rejet doit, lui aussi, être motivé en droit ou en fait, point par point. À défaut, la procédure pourra être jugée irrégulière.

Important dans certains cas, l'administration a désormais l'obligation de répondre aux observations du contribuable dans un délai de 2 mois. Ce délai ne concerne toutefois que les propositions de rectification notifiées à la suite d'une vérification de comptabilité et les observations formulées par les entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 1 526 000 € pour les entreprises de vente et de fourniture de logements et 460 000 € pour les autres prestataires de services et les titulaires de bénéfices non commerciaux. Ce délai court à compter de la réception des observations du contribuable.
Le défaut de notification de réponse dans ce délai vaut alors acceptation des observations du contribuable, sauf lorsque de graves irrégularités privent la comptabilité de l'entreprise de valeur probante. Dans ce dernier cas, l'administration devra apporter la preuve de ce caractère non probant de la comptabilité.
Pour les autres contribuables, l'administration a aussi l'obligation de répondre à leurs observations, mais elle n'est tenue par aucun délai. La Direction générale des impôts s'était fixée, il y a quelques années l'objectif de répondre aux observations du contribuable dans les 30 jours pour tous les contrôles. Mais cet engagement n'a pas de valeur juridique puisqu'il ne figure pas dans la loi ni dans la charte du contribuable vérifié. Néanmoins, la réponse doit, en tout état cause, intervenir avant l'expiration du délai de reprise dont dispose l'administration pour rectifier le contribuable.

• Par ailleurs, la réponse de l'administration doit mentionner la possibilité pour le contribuable de saisir, dans les 30 jours, la Commission départementale des impôts, lorsque celle-ci est compétente. Et durant ce nouveau délai, elle ne peut pas mettre les suppléments d'imposition en recouvrement.

haut de page

Le recours hiérarchique

Lorsque, à la fin de la procédure de rectification contradictoire, un désaccord subsiste entre le fisc et le contribuable, ce dernier a la faculté de saisir le supérieur hiérarchique du vérificateur, ce qui peut s'avérer extrêmement utile en cas de tension entre le contribuable et le vérificateur !

haut de page

La commission départementale des impôts

Si la réponse formulée par l'administration aux observations du contribuable n'emporte pas son approbation, le contribuable peut en principe demander la saisine de la commission départementale des impôts directs et des taxes sur le chiffre d'affaires, dans un délai de 30 jours à compter de la réception de cette réponse. Mais la compétence de cette commission se limite aux désaccords portant sur des questions de fait et concerne principalement l'impôt sur le revenu, l'impôt sur les sociétés et la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

Et si, par principe, l'avis de la commission ne s'impose ni au contribuable ni à l'administration, il peut toutefois être très utile pour préparer la phase contentieuse, les magistrats n'étant pas insensibles aux positions prises par la commission.

Précision lorsque le différend porte sur une insuffisance de prix ou d'évaluation d'un bien en matière de droits d'enregistrement, de taxe foncière ou d'ISF, c'est la commission départementale de conciliation qui est alors compétente.

À savoir la loi de finances rectificative pour 2007 a créé une Commission nationale des impôts directs et des taxes sur le chiffre d'affaires. Celle-ci sera chargée, pour les propositions de rectification adressées à compter du 1er juillet 2008, de rendre des avis sur les litiges relatifs à la détermination du résultat et du chiffre d'affaires des grandes entreprises. Elle se substituera donc aux commissions départementales des impôts pour les litiges relatifs à la détermination du bénéfice et du chiffre d'affaires des entreprises qui exercent une activité industrielle ou commerciale et dont le chiffre d'affaires hors taxes excède :
- 50 millions d'euros pour les entreprises de vente et de fourniture de logements ;
- 25 millions d'euros pour les autres entreprises.

haut de page

La mise en recouvrement des rectifications

Ce n'est qu'à l'issue de la procédure de rectification contradictoire que les impositions supplémen-taires établies par l'administration peuvent être mises en recouvrement. Le contribuable a alors, en principe, jusqu'au 31 décembre de la troisième année suivant celle de la mise en recouvrement des rectifications pour les contester, en sollicitant le cas échéant un sursis de paiement.

haut de page

Le recours gracieux

Le contribuable peut solliciter une mesure de bienveillance de la part de l'administration pour obtenir la remise ou la modération des pénalités, ou même d'impositions régulièrement établies.
La décision de remise gracieuse, de modération ou de rejet est prise, selon l'importance de la somme en jeu, par le directeur des services fiscaux, le directeur régional, le directeur général ou le ministre. Cette décision peut être pure et simple ou subordonnée à certaines conditions, et elle n'a pas à être motivée.

haut de page

La réclamation contentieuse

Si le désaccord persiste, il reste toujours le recours devant les tribunaux. Mais pour pouvoir demander aux tribunaux la décharge ou la remise d'impositions, il faut avoir transmis préalablement une réclamation contentieuse à l'administration fiscale.
Cette réclamation doit être signée, indiquer les impôts contestés, les faits et les motifs de contestation, et être accompagnée des avis d'imposition ou de mise en recouvrement en cause.
L'administration dispose ensuite en principe de 6 mois pour répondre à la réclamation.

haut de page

L'action en justice

Lorsque, à la suite de sa réclamation contentieuse, le contribuable n'obtient toujours pas satisfaction, il peut saisir le juge. Le juge administratif est compétent pour toutes les contestations relatives aux impôts directs et aux taxes sur le chiffre d'affaires. Le juge judiciaire pour trancher les litiges en matière de droits d'enregistrement et de timbre, de contributions indirectes et d'impôt de solidarité sur la fortune.

Le tribunal doit alors en principe être saisi très rapidement, dans les 2 mois de la notification de rejet de la réclamation par le fisc.

haut de page

Article du 12/06/2008 - © Copyright SID Presse - 2008




En savoir plus...

Report en arrière des déficits : notion de bénéfice d’imputation
10/05/2011
Le nouveau mode de calcul de la réduction Fillon
10/05/2011
L’augmentation des engagements des associés
10/05/2011
Trouvez de nouveaux clients grâce aux places de marché
10/05/2011
Le régime matrimonial de la participation aux acquêts
06/05/2011
Les fonds socialement responsables
09/02/2011
Le Mandat de protection future
09/02/2011
Utiliser les comparateurs pour faire connaître ses produits sur Internet
07/02/2011
Méfiez-vous des « renifleurs » !
07/02/2011
Fixation du loyer du bail commercial renouvelé
07/02/2011
Révision du loyer du bail commercial en cours
07/02/2011
Perte de la moitié du capital social
31/01/2011
Les sociétés coopératives ouvrières de production (Scop)
31/01/2011
La contre-visite médicale diligentée par un employeur
31/01/2011
Location de locaux professionnels et option à la TVA
31/01/2011
Investir dans les trackers
18/11/2010
Faut-il passer à la téléphonie sur IP ?
17/11/2010
La clause de réserve de propriété
17/11/2010
Précisions sur les modalités du droit individuel à la formation
17/11/2010
La déclaration européenne des services
17/11/2010
La taxe sur les véhicules de sociétés
15/11/2010
Le remboursement de la TVA payée au sein de l’Union européenne
10/11/2010
Le régime juridique de l'entrepreneur individuel à responsabilité limitée
12/10/2010
L’imposition de l’entrepreneur individuel à responsabilité limitée
12/10/2010
Recrutement d'un salarié : les règles juridiques à respecter
12/10/2010
Twitter : un outil pour l’entreprise ?
07/09/2010
Le reclassement à l’étranger d’un salarié licencié pour motif économique
07/09/2010
Apport en société d’une entreprise individuelle
07/09/2010
Ordres de Bourse : mode d’emploi
13/07/2010
Un iPad ? Pour quoi faire ?
13/07/2010
Le sort du bail commercial en cas de procédure collective du locataire
13/07/2010
La situation du salarié victime d’une inaptitude d’origine professionnelle
13/07/2010
Exonération des intérêts de retard : la technique de la mention expresse
12/07/2010
Contrats d’assurance-vie et ISF
22/06/2010
Maîtriser Windows 7
22/06/2010
La société en participation
21/06/2010
Portée d’une transaction
21/06/2010
Les modalités de décompte des effectifs d’une entreprise
18/06/2010
Exonération des cessions d’entreprise en fonction de leur valeur
18/06/2010
La réforme de la TVA immobilière
18/06/2010
Les rendements 2009 des contrats d'assurance-vie en euros
12/05/2010
Le point sur le « Cloud computing »
12/05/2010
Comment organiser la prise des congés payés d'été
12/05/2010
Quand y a-t-il harcèlement moral ?
12/05/2010
La clause de non-concurrence en droit commercial
12/05/2010
La déductibilité des frais d'acquisition de titres de sociétés soumises à l'IS
12/05/2010
Acheter des « mots-clés » pour booster son site internet
14/04/2010
La sous-location de locaux commerciaux
14/04/2010
Le rescrit social
14/04/2010
Réduction de capital et droits d'enregistrement
14/04/2010
Réduction d'impôt « Madelin »
14/04/2010
Comment référencer un site dans un moteur de recherche
28/01/2010
Déposer un nom de domaine
28/01/2010
Les avantages fiscaux de la holding de reprise
28/01/2010
La délégation de pouvoirs dans les sociétés
28/01/2010
La nouvelle procédure d'instruction des accidents du travail
28/01/2010
La publicité des comptes des associations et des fondations
21/01/2010
Mieux utiliser sa boîte aux lettres électronique
21/01/2010
La convention d'occupation précaire
08/01/2010
Combattre le stress au travail
07/01/2010
Le régime fiscal de la location en meublé
07/01/2010
Le nouveau statut de loueur en meublé professionnel
07/01/2010
Les fonds de dotation
05/01/2010
Le taux de participation à la formation continue
05/01/2010
Les nouvelles modalités du cumul emploi-retraite
21/07/2009
Maintien de la prévoyance d'entreprise au profit des ex-salariés
21/07/2009
Redressement fiscal et sursis de paiement
21/07/2009
Option des sociétés de capitaux à l'IR
21/07/2009
Pénalités de retard pour non-paiement d'une facture
21/07/2009
Mise en réserve des bénéfices d'une société par l'usufruitier
21/07/2009
Gérer une flotte de portables
21/07/2009
Report des congés payés d'un salarié malade
11/06/2009
Vérification de comptabilité et contrôle inopiné
11/06/2009
Linux : comment donner une nouvelle vie à un PC
12/05/2009
Information sur la santé et la sécurité au travail
07/04/2009
L'option pour le remboursement mensuel de la TVA
07/04/2009
L'assurance-vie, instrument de financement
07/04/2009
Soldes, liquidations, ventes au déballage : les nouvelles règles du jeu
07/04/2009
Le point sur les NetTops
07/04/2009
Réforme du droit des entreprises en difficulté
10/03/2009
Délais de paiement : la nouvelle règle du jeu
10/03/2009
La souscription au capital de SOFICA
10/03/2009
Compte et dépôt à terme
05/02/2009
Le point sur le SPAM
05/02/2009
Entreprises nouvelles et zones d'activité
12/01/2009
L'épargne solidaire
12/01/2009
Le point sur les virus informatiques
12/01/2009
L'obligation d'information des salariés sur les contrats d'assurance de groupe
11/12/2008
Déplafonnement du loyer du bail renouvelé
11/12/2008
Investissements locatifs dans le tourisme
11/12/2008
Les assistants électroniques anti-radars
11/12/2008
Quand la bureautique devient « écolo »
17/11/2008
Le droit de rétractation de l'acquéreur d'un bien immobilier
07/10/2008
Comment déterminer la convention collective de branche applicable à l'entreprise ?
04/09/2008
Cession d'actions : le délai pour procéder au rachat après un refus d'agrément
04/09/2008
Trouver un fichier en toute simplicité sur son PC
04/09/2008
Caution du dirigeant : les risques fiscaux
10/07/2008
Assurance-vie : une épargne toujours disponible ?
10/07/2008
Comment bien réagir face au fisc ?
12/06/2008
Gare à la durée du cautionnement souscrit par un dirigeant au profit de sa société
19/05/2008
Comment bien utiliser Google
19/05/2008




© 2009-2018 - Les Echos Publishing - mentions légales